Nouvelles plaques d’immatriculation : pas du tout anodin !

15 Avril 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #INSTITUTIONS

Nouvelles plaques d’immatriculation : pas du tout anodin !

 



Le pouvoir aura dû s’y prendre à plusieurs fois.
Elles avaient déjà été annoncées pour le 1er janvier 2008. A partir d’aujourd’hui 15 avril 2009, ça y est : de nouvelles plaques minéralogiques entrent en vigueur pour les nouvelles immatriculations de véhicules.

 

Dans leur réticence, sinon leur résistance, les Français ne se sont pas trompés sur l’enjeu premier de ce changement : l’élimination de la référence au département.

Les numéros de département sur les plaques d’immatriculation ne sont pas un détail mais une référence omniprésente, assimilée par tous, à un échelon territorial et administratif que le pouvoir veut supprimer.

Attali, maintenant Balladur et bien d’autres ont craché le morceau.  

 

Ce n’est pas un hasard si la mesure est prétextée par une « recommandation » européenne. L’UE et ses promoteurs en France veulent « l’Europe des régions ». Le département est une division administrative liée au cadre républicain et national, depuis la Révolution française. C’est un élément de l’égalité républicaine des territoires et des citoyens devant l’Etat, de la cohésion nationale. Il doit être détruit, parce que la République, la Nation, lieu de l’expression démocratique du peuple, est objectivement un obstacle au projet capitaliste européen.

 

Les vagues de suppressions de tribunaux, d’hôpitaux, de services publics en général, notamment dans les sous-préfectures préfigurent les futures conséquences de la disparition progressive programmée du département.

 

Pour détourner la réaction populaire, le gouvernement, aidé par des parlementaires complaisant, s’est évertué réduire l’attachement au département à un vague sentiment d’appartenance local. Jusqu’à mettre en avant la possibilité d’ajouter sur la plaque de sa voiture son numéro fétiche. Vraiment, on prend les Français pour des gogos !

 

L’opposition manifestée largement dans le pays doit maintenant se transformer en détermination à mettre en échec la nouvelle carte administrative voulue par le pouvoir, prévue notamment par la Commission Balladur et le recul démocratique qu’elle représente.

Communistes, nous ferons tout pour cela, pour sauvegarder le Département.

Lien vers notre article de février 2008: Pourquoi Attali veut détruire les départements

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article