Déclaration de Josette Gawsewitch au Conseil départemental du 14/11/06

15 Novembre 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Conseil départemental du PCF Paris, mardi 14 novembre 2006

Intervention de Josette GAWSEWITCH, section du 15ème arrondissement

La direction départementale comme la direction nationale auraient tort de se gargariser du résultat du vote interne de vendredi et samedi derniers. Le vote ne constitue en rien une validation de la stratégie de fusion-liquidation du parti dans les « collectifs » vaguement « antilibéraux ». Les directions du Parti, leurs représentants à la « conférence nationale » des 21 et 22 octobre, cooptés unilatéralement ont choisi d’esquiver la question de fond lors de ce vote, d’empêcher les communistes de se prononcer sur le principe d’une candidature communiste de rassemblement présentée par le PCF sur un programme communiste. Nul doute que les communistes auraient voté massivement oui. Ils n’ont pas pu le faire. La direction a préféré produire un bulletin de vote tendancieux portant la confusion délibérée entre le nom et la candidature de la secrétaire nationale et l’adhésion à la stratégie des « collectifs ». Une majorité de communistes, c’est peu contestable, ont choisi la case 1 et opté pour le nom de la secrétaire nationale pour affirmer leur volonté que le Parti ne disparaisse pas à l’occasion des élections. Nos camarades du Pas-de-Calais ou du Nord ont tenu à le préciser explicitement dans des déclarations fédérales adoptées dans la quasi-totalité des sections (voir : signification du vote interne). Certains communistes ont voté aussi de crainte que la candidature communiste soit évincée par les « collectifs », souvent en toute conscience que ces collectifs sont un choix que la direction du parti dont la secrétaire nationale elle-même tente de leur imposer. Les péripéties locales et nationales des collectifs n’en finissent pas de faire la démonstration de l’impasse des « collectifs » (comme le démontrent aussi les diverses interventions que nous avons entendues ce soir). Effectivement, ils ne sont ni rassembleurs, ni radicaux et surtout pas anticapitaliste. Avec les collectifs, la direction essaie d’entraîner le Parti dans une nouvelle étape de la Mutation réformiste, une nouvelle étape de la démolition de notre organisation révolutionnaire, une nouvelle étape dans les reniements qui nous ont conduit à 3%, à priver le monde du travail de son organisation politique de lutte des classes ! Des milliers de communistes sont décidés à ne pas laisser faire. A Paris autant qu’ailleurs. J’ai à votre disposition le texte d’un appel que j’ai signé, à l’initiative de 6 membres du Conseil national et de personnalités comme Henri Martin et Henri Alleg intitulé : « Nous ferons vivre le Parti communiste, même contre la stratégie de sa direction ».

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article