PARIS XV: URGENCE ! NE PAS LAISSER DEMANTELER L’HÔPITAL GERIATRIQUE VAUGIRARD !

12 Septembre 2019 Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie, #15ème

PARIS XV: URGENCE ! NE PAS LAISSER DEMANTELER L’HÔPITAL GERIATRIQUE VAUGIRARD !

Plus de la moitié des services d’urgences de France sont en grève, dénonçant la situation de crise aigüe de l’ensemble de l’hôpital public et de l’offre de soins de proximité. Cela n’empêche pas la direction de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) d’accélérer son plan de casse, notamment des hôpitaux gériatriques.

Pourtant le lien est direct, dans les deux sens. Pour désengorger les urgences, il faut des lits en gériatrie pour nos anciens pour qu’ils ne restent pas bloqués dans des couloirs ou des box. Si on supprime les services de long séjour, où les personnes âgées malades sont médicalement prises en charge, on va engorger les urgences, faute de les soigner dans leur structure d’hébergement.

Les dernières annonces de la ministre Buzyn relèvent de la provocation, quand elle prétend expédier les patients âgés, sans passer par les urgences, vers des services de gériatrie (de vrais hôpitaux et non des EHPAD sous-médicalisés). Pendant ce temps, son gouvernement poursuit la politique de fermeture de lits et d’hôpitaux gériatriques ! 

Le démantèlement « éclair », programmé d’ici la mi-octobre 2019 (!), de l’hôpital Vaugirard, dans le 15ème arrondissement, est scandaleux. Nous ne devons pas laisser faire la direction de l’AP-HP, son directeur M. Hirsch, l’Agence régionale de santé, la tutelle Ville de Paris. Nous devons pousser à réagir tous les acteurs politiques, qui plus est, à quelques mois des élections municipales qui concentrent les préoccupations politiciennes.

L’hôpital Vaugirard est le seul hôpital gériatrique pour le 15ème arrondissement qui compte 20 609 habitants de plus de 75 ans (source INSEE 2016). Pour l’instant encore, cette structure associe 123 lits de « soins de suite et de réadaptation » et 124 lits de « soins de longue durée », avec également un hôpital de jour pour le suivi et la stabilisation des malades chroniques.

Ces fonctions sont complémentaires comme le site internet officiel de l’hôpital le met – encore – et très justement en avant : « L’hôpital Vaugirard-Gabriel-Pallez est spécialisé dans la prise en charge des patients ayant des pathologies liées au grand âge. Il propose une offre de soins diversifiée et complémentaire. La médecine gériatrique prend en charge les patients âgés en phase aiguë de leur maladie. Les soins de suite et de réadaptation leur permettent de recouvrer ou améliorer leur autonomie après un séjour hospitalier. Les soins de longue durée (SLD) assurent l’hébergement des patients âgés dépendants, nécessitant un suivi médical particulier. Enfin, l’hôpital de jour propose des bilans et des actions de réadaptation pour aider au maintien à domicile. » Complémentarité pour le malade âgé comme pour l’équipe soignante dans toutes ses compétences.

Depuis des années, avec les associations, les familles, les syndicats, nous dénonçons le manque criant de ce type de structure dans le 15ème. Les personnes âgées, par exemple accidentées, sont repoussées toujours plus loin de leur quartier, pour une convalescence de plus en plus aléatoire. Celles qui doivent être soignées pour une longue durée sont renvoyées vers des structures inadaptées, insuffisamment médicalisées, où elles souffrent davantage. Dans les années 1990 et 2000, nous nous sommes battus pour que, sur les terrains de l’ancien hôpital Boucicaut, soit construite une structure hospitalière publique de long et moyen séjours. La mobilisation a été forte. Mais les promesses en l’air des uns (Balladur) n’ont pas engagé les autres (Delanoë-Hidalgo). La municipalité Hidalgo a unilatéralement décidé de fermer le centre de santé attenant à l’Ehpad Anselme Payen en 2017, aggravant encore la situation.

En 2019, c’est même maintenant la casse de Vaugirard qui est à l’ordre du jour. D’ici quelques semaines, les lits de soins de suite et de réadaptation doivent être fermés, soi-disant déplacés à Issy. Vaugirard accueillerait les lits de longue durée d’Issy mais dans la perspective, non démentie par les directions, d’une transformation en Ehpad d’ici 2024. Immédiatement, l’hôpital de jour, les services communs sauteraient, ainsi que 240 postes sur 420. L’hôpital gériatrique, dans son unité, serait purement et simplement éliminé de la carte du 15ème.

Avec cynisme, les promoteurs de ces projets osent s’appuyer sur les luttes des personnels des Ehpad (des résidents et de leur famille). Oui, il y a besoin de plus d’Ephad dotés de plus de moyens. Non, cela ne doit pas se faire aux dépens de la gériatrie. Ce sont deux types de structure différents.

Immédiatement derrière surgissent les intérêts financiers. Pour la même ponction sur les revenus des patients et de leurs proches, le séjour en Ehpad est 3 fois moins médicalisé que celui en gériatrie(c’est-à-dire 3 fois moins d’aides-soignants, d’infirmiers et de médecins) mais rapporte, du coup, beaucoup plus aux « gestionnaires ». Les groupes privées Orpea ou Korian (pour ne citer qu’eux) dégagent des profits bruts à hauteur de 500 millions d’euros chacun : pas par hasard…

Au nom du comblement de « déficits » fabriqués de l’assurance maladie, de l’hôpital public, de l’AP-HP, pour nourrir ces profits privés, il faudrait sacrifier l’hôpital Vaugirard et les vieux du 15ème arrondissement ?  C’est inacceptable ! Les bâtiments, situés entre les métros Vaugirard et Porte-de-Versailles, suscitent toutes les convoitises privées. Ils doivent rester au service de la collectivité !

Il faut bloquer, tout de suite, le coup de force. Le lien avec les luttes des services d’urgences est évident. Les décideurs politiques parisiens, actuels ou prétendants, doivent se prononcer et peser sur l’AP-HP, sur l’Agence régionale de l’hospitalisation. Devant les projets mortifères de la direction de l’AP-HP, la riposte s’élève dans tous les départements de banlieue comme à Créteil, à Limeil-Brévanne, à Gonesse... pour sauver les hôpitaux gériatriques.

Il ne s’agit pas d’ignorer – au contraire – la situation actuelle insatisfaisante, le déficit de lits de gériatrie, l’état d’abandon dans lequel sont laissés les services, mais d’exiger les investissements nécessaires, l’amélioration des conditions de travail susceptibles de répondre dignement à la vocation des soignants et aux besoins des patients âgés.

En urgence, nous appelons à se rassembler au moyen d’une pétition, adressée à Agnès Buzyn, ministre de la santé, Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, Aurélien Rousseau, directeur général de l’Agence régionale d’hospitalisation d’Ile-de-France, Anne Hidalgo, maire de Paris, présidente du Conseil de surveillance de l’AP-HP, avec copie à Philippe Goujon, maire du 15ème arrondissement, pour obtenir:

PETITION, NOUS EXIGEONS :

-          L’abandon immédiat du projet en cours de démantèlement de l’Hôpital Vaugirard – Gabriel Pallez et le maintien sur place de toutes ses équipes, de tous ses services, de tous les emplois : soins de suite et de réadaptation, soins de longue durée, hôpital de jour

-          L’ouverture d’une véritable concertation sur la prise en charge sanitaire des personnes âgées dans le 15ème arrondissement de Paris.

 

Renvoyez à pcfparis15@orange.fr en attendant des formulaires

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article