Usagers et salariés de la santé contre le plan Buzyn-Véran-Notat, pour un système de santé qui réponde aux besoins de la population

24 Septembre 2020 Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

La crise sanitaire a mis en lumière l’importance de l’hôpital public et de la sécurité sociale pour répondre aux besoins de la population, mais aussi les conséquences des politiques de casse de l’hôpital public dénoncées depuis des années et plus particulièrement avec la mobilisation des services d’urgences de 2019.

 

Les promesses du gouvernement au plus fort de la crise n’ont pas eu raison de la colère des hospitaliers. Au contraire, les luttes du mois de juin ont établi un rapport de force permettant d’arracher une augmentation de 183 euros mensuels (à partir de mars 2021) sous forme de prime,
qui ne rattrape cependant pas la perte de pouvoir d’achat d’au moins 300 euros depuis 2010.

Derrière cette concession sur les rémunérations, avec le « Ségur de la santé », le gouvernement entend parachever les Lois Bachelot-Touraine-Buzyn de casse de l’hôpital et des statuts de la fonction publique hospitalière. Pour les agents, le Ségur se traduit par l’annualisation du temps de travail, la réduction du temps de repos quotidien de 12 à 11 heures, le recours accru aux heures supplémentaires, aux contractuels, la précarisation croissante des agents.

La CGT peut se féliciter d’avoir refusé de signer un tel accord !

La casse de l’hôpital public en quelques chiffres

  • Fermeture de lits : 100 000 en 20 ans.
  • Fermeture d’Hôpitaux : plus d’une vingtaine à Paris et alentours et encore une dizaine en préparation (Bichat-Beaujon ; Vaugirard ; Orsay-Juvisy-Longjumeau ;  La Rochefoucauld …).
  • Le manque de personnel soignant : 1000 postes vacants d’infirmiers à l’AP-HP.
  • Les salaires gelés depuis plus de 10 ans.
  • Casse du statut de fonctionnaire.

Dans le prolongement des luttes des services d’urgences, des EHPAD en 2019, des mardis de la colère hospitalière en mai-juin 2020, seul le rassemblement dans la lutte des usagers et des salariés de la santé permettra de gagner :

  • L’embauche massive de 100 000 agents à l’hôpital et 200 000 dans les EHPAD pour répondre aux besoins.
  • Une réouverture massive de lits d’hospitalisation.
  • L’arrêt des projets de restructuration et de fermeture des hôpitaux.
  • Dans le 15 ème , maintien et redéveloppement des services de l’Hôpital gériatrique Vaugirard : SSR, SLD, Hôpital de Jour et plateau technique.
  • Le rattrapage salarial d’au moins 400 euros pour tous et l’augmentation du point d’indice

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article