Enquêtes publiques - Tract-pétition du Comité de défense de Beaugrenelle

17 Janvier 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

Tract-Pétition du Comité de défense de Beaugrenelle – Front de seine – Charles Michels

Enquêtes publiques sur Beaugrenelle: Votre intervention est décisive

- pour repousser le projet de mégacentre commercial et la spéculation

- pour une rénovation respectueuse des équilibres du quartier

Les dimensions du projet des promoteurs Apsys et Gécina rendent légalement obligatoire l’organisation de deux enquêtes publiques. Elles sont ouvertes jusqu’au 3 mars et portent l’une sur les demandes de permis de construire, l’autre sur les « aspects économiques, sociaux et d’aménagement du territoire du projet ». 

Habitants, acteurs de la vie du quartier, notre intervention (modalités au dos) est capitale pour élargir et intensifier notre opposition, pour faire éclater la vérité sur ce projet spéculatif et scandaleux qui nous menace, pour placer les décideurs politiques devant leurs contradictions. 

Les promoteurs l’ont bien compris. C’est pour cela qu’ils déploient une propagande coûteuse et trompeuse. Mais rien n’est joué. 

 

Vous pouvez remettre votre pétition (au dos) aux animateurs du Comité: vendredi après-midi et en soirée, samedi toute la journée devant le Monoprix, et dimanche matin place Charles Michels, angle rue de Linois.

Les dossiers et études consultables en Mairie pour l’enquête publique confirment et même accentuent toutes les menaces que nous dénonçons depuis plus de 2 ans. TOUT LE PROJET EST A REJETER!

Impact sur l’aménagement du territoire: notre quartier bel et bien écrasé! 

L’immensité du centre commercial prévu est attestée. Le vrai chiffre des surfaces « à usage de commerces », figurant dans la fiche descriptive établie par la Direction de l’urbanisme de la Ville s’élève à 56487 mètres carrés. On se situe bien tout près du Forum des Halles. De surcroît, une très importante surface est disponible pour d’éventuelles extensions ultérieures.

La fréquentation prévisible est donc bien plus proche des 25 millions de visiteurs par an annoncés initialement que des 12 maintenant affichés par les promoteurs. La zone de chalandise de ce centre à vocation régionale est révélée par l’extension de l’enquête elle-même à 6 arrondissements (sans compter les Hauts-de-Seine).

L’engorgement inévitable (circulation, livraison, stationnement, transports publics…) de notre quartier à vocation principalement résidentielle en découle, comme l’accroissement de la pollution.

La continuité de la dalle serait rompue. Une seule passerelle figure dans le projet : elle oblige le passage à travers le centre commercial qui régulerait toute la vie de notre quartier.

D’importants déséquilibres en terme d’aménagement commercial et de circulation se produiraient aussi à l’échelle parisienne.

Impact économique: la porte grand ouverte à la spéculation! 

  L’étendue de la zone de chalandise, les types d’enseignes annoncés (y compris un pôle « gastronomie » et pas moins de douze restaurants) vont durement pénaliser les commerces équivalents du reste du 15ème mais aussi de Passy, de proche banlieue.

Les annonces en matière d’emplois créés sont ainsi complètement trompeuses. Sur le site même, elles ne prennent pas en considération les centaines d’emplois déplacés ou détruits (ministère du tourisme, Centre Beaugrenelle actuel). Elles ne prennent pas en compte non plus les emplois qui seront détruits dans la concurrence.

Sur le plan économique, le projet Beaugrenelle est aussi et surtout une opération hautement spéculative (300 millions d’euros d’investissement, un taux de rentabilité attendu par Gécina de 9% par an). Et ce ne serait qu’un début puisque la SEMEA 15 et sa présidente ont l’intention de vendre à des promoteurs des emprises sur toute la dalle, secteur immobiliers considéré comme très « attractif » pour les investisseurs internationaux de première volée.

Impact (anti-)social: le contraire de la réponse aux besoins 

Il découle de la logique spéculative de l’affaire. Elle occasionnerait une flambée des prix des loyers des logements comme des locaux commerciaux et une épuration des activités et des habitants.

Dans le périmètre du projet de mégacentre commercial, tout ce qui est social est banni. Le C3B serait évacué ailleurs. Où? Le centre de santé, conventionné et accessible à tous sans dépassement d’honoraire, serait éliminé. Seuls les équipements publics utiles au centre commercial seraient (peut-être) maintenus: une présence de la police et un point poste mais ils ne seraient plus destinés en priorité à la population. Sur le plan culturel, les activités les plus marchandes (multiplexes) supplanteraient les cinémas moins commerciaux et excluent tout nouvel équipement comme le 2ème conservatoire du 15ème...

La menace serait aussi réelle à moyen terme, quelles que soient les promesses, sur les ensembles de logements à loyers modérés ou intermédiaires, notamment propriétés de sociétés privées devant l’explosion de la valeur du foncier.

Plus que jamais, faisons grandir l’exigence d’une autre alternative pour notre quartier: 

Remise à plat de tous les projets en cours et démarrage d’une véritable concertation 

Réhabilitation à dimensions constantes du centre commercial

Respect des équilibres du quartier à vocation principalement résidentielle et de sa diversité sociale— 

Defense et développement des équipements publics.

Habitants de chaque immeuble du quartier, usagers des équipements, du centre de santé, commerçants menacés de concurrence déloyale,... faisons la démonstration de notre opposition à ce projet à l’occasion des enquêtes publiques.

Mettons le Maire de Paris (qui devra à terme signer ou non les permis) dans l’impossibilité de continuer à cautionner ce projet! 

Intervenons dans l’enquête publique! Portez ou renvoyez ce bulletin à l’attention de M.HAZAN, Commissaire enquêteur, Mairie du 15ème arrondissement, 31 rue Péclet, 75732 PARIS CEDEX 15.

INADMISSIBLE: une enquête publique ne doit pas se transformer en enquête publicitaire!

Depuis le début de l’opération, nous ne cessons de dénoncer la partialité des autorités municipales. Cela continue et s’aggrave!

Pour l’enquête publique, les services de la puissance publique ont collé systématiquement sur les emplacements réservés à l’affichage public, à côté de l’affiche officielle de la Préfecture de Paris, l’affiche publicitaire du promoteur privé Apsys.

De même, sur le site internet de la Préfecture figurent les documents des promoteurs (notamment les photos virtuelles!) et un lien direct vers leur site (mais pas les dossiers de l’enquête).

Nous avons protesté auprès de la Préfecture et de la Ville contre ces pratiques de nature à dévoyer l’enquête publique.

Les promoteurs continuent aussi à bénéficier du local à côté du Monoprix (pour lequel la Ville leur a accordé un permis de construire) pour intervenir massivement, avec du personnel rémunéré, auprès de la population dans le cadre maintenant de l’enquête.

Les associations de riverains, bénévoles, n’ont-elles droit à rien sauf souvent au mépris des autorités.

Etonnants arrangements avec la légalité  

 

1- Le nouveau PLU de Paris (pour lequel une enquête publique a été organisée en juin et juillet, dont les conclusions n’ont pas été rendues) n’a pas encore été adopté. L’actuel POS reste applicable. Il n’autorise le projet des promoteurs notamment en terme de densification des constructions. Pourtant leur demande de permis de construire, bien qu’irrecevable à l’heure actuelle, est instruite et donne lieu à enquêtes publiques.

2– La SEMEA 15 a-t-elle le droit de céder des emprises publiques que la collectivité lui a confiées? La question n’est toujours pas élucidée.

Une nouvelle convention serait en cours de préparation entre la Ville et la SEMEA 15 qui tenterait ainsi de légaliser a posteriori les promesses de cessions aux promoteurs.

Plus que jamais, nous exigeons que l’ensemble des terrains et constructions acquis par expropriation au nom de l’utilité publique dans les années 60 et confiées provisoirement à la SEMEA 15 pour le temps de l’opération d’aménagement historique reviennent définitivement à la collectivité. Il s’agit notamment de garantir le caractère social des habitations intermédiaires de la Tour Beaugrenelle. Cette fait actuellement l’objet d’un bail à long terme dans les mains du promoteur Gécina.

PETITION 

Monsieur le Commissaire enquêteur, je vous demande de donner un avis défavorable aux demandes de permis de construire N° 075 015 05 V 0064, 0065 et 0066. 

- Je m’oppose au projet démesuré de nouveau centre commercial à Beaugrenelle, occasionnant des nuisances graves pour le quartier, le 15ème, des déséquilibres économiques pour tout le sud-ouest parisien.

- Je m’oppose à l’élimination des équipements publics et sociaux dans le périmètre du projet.

- Je m’oppose au développement de la spéculation immobilière à Beaugrenelle, induite par ce projet, qui menace les équilibres existants du quartier, notamment son caractère à dominante résidentielle et sa mixité sociale.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article